Passer au contenu

Un concert particulier – Dragonfly au FMIL 2020

Chaque concert est unique, chaque concert est différent. Le prochain a une symbolique toute particulière. C’est au Festival d’improvisation de Lausanne (FMIL) que j’ai osé me détacher de ma partition, que j’ai exploré grâce à des musiciens maîtres en leur domaine toute sorte de manières d’improviser. Libre, du Moyen-Âge, polyrythmie africaine, opéra improvisé, prélude baroque, fugue à 4 voix, duo classique, jazz, basses obstinées renaissance, dans le style de Debussy et j’en passe. Autant de concerts et de cours qui ont nourri mon bagage musical « tout terrain ». Bien sûr, je baragouine tout ça avec un gros accent, nullement spécialiste en ces domaines. Mais je me fais un malin plaisir de mélanger ce que j’ai engrangé, de placer quelques allusions de-ci de-là dans mes concerts, spectacles et performances.

C’est au FMIL ou par là que j’ai rencontré beaucoup de complices professionnels, par cette nébuleuse colorée que j’ai rencontré plusieurs de mes amis proches.

Alors vous comprendrez que donner un concert Dragonfly – voyage dans l’illusion des sons et des sens, entièrement basé sur l’improvisation là, c’est vraiment pas anodin. Et le lendemain passer du côté des pédagogues de ce festival pour initier qui le désire à la lutherie augmentée et à ses possibilités en improvisation, c’est pas rien non plus.

Chaque note jouée, je la soufflerai en hommage à tout ceux qui m’ont initiée, qui ont généreusement partagé leur savoir, leur passion. À eux vont mes remerciements d’avoir tant donné sur scène, en cours ou en mettant ceci sur pied.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *